Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 07:48

On peut entendre dans la chanson “Marche” : "Les miens se lèvent tôt, j’ai vu mes potos taffer, je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo". Disiz, l’un des auteurs-interprètes de cette ritournelle, se défend au nom de la liberté d’expression.

 

bruler_charlie_hebdo_autodafe_charb.jpg

 

Cependant, la "liberté d'expression" c'est pour certains, semble-t-il, le prétexte à pouvoir écrire, chanter, dire, dessiner, filmer n'importe quoi. Mais à l'instar de la liberté sexuelle, la liberté de s'exprimer considère qu'on doit respecter l'autre. Il y a un adage qui dit comme ça que "La liberté des uns s'arrête là où celle des autres commence"... C'est un doux principe qui devrait inciter les nazillons du net, futurs édiles de la Marine nationale, chanteurs à caractère expiatoire, artistes d'asile suisse sur le retour et autres zigomars fatigués du bulbe... à se la fermer avant de l'ouvrir, comme disait André Isaac, plus connu sous le pseudonyme de Pierre Dac !

Et ça m'exaspère d'avoir à fustiger ainsi des artistes qui au demeurant s'attaquent à d'autres artistes avec les mêmes arguments que les thuriféraires de la Raclure Bleu Marine (RBM).

 

Dessin de Denis - Texte de Léonce

Partager cet article

Repost 0
Published by LeCitoyenMarcel
commenter cet article

commentaires

jean pierre 29/11/2013 07:45


bien d'accord avec toi Denis,merci pour tout ton boulot,bonne continuation ;-)


Jean Pierre

jean pierre 28/11/2013 08:31


bien dit,


c'est une honte,en plus certains éditorialistes de Charlie sont menacés de mort,sale putain d'époque,qui par comparaison à des similitudes avec une autre ptete pas si ancienne que çà!


merci Denis et Léonce conrinuez,jvous aime :-)

LeCitoyenMarcel 29/11/2013 06:51



Bah, les trente glorieuses (1945-1975) n'avaient pas effacé le racisme et surtout ces zélateurs : les "Front National" de toute époque et leurs larbins.


Merci Jean-Pierre et bonne journée à toi.


-Denis-