Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 08:47

jean_paul_marat_tableau_caricature_dessin.jpg

 

Force est de constater que des deux protagonistes du drame du 13 juillet 1793, c'est Charlotte Corday qui —dans l'esprit du "populaire"— est perçue comme la victime. Plus de deux cents ans après cet assassinat, la plupart de nos concitoyens considèrent toujours Jean-Paul Marat comme un fou sanguinaire*.

Charlotte Corday, dans "sa folie", voulait par cet acte réconcilier les Français et rétablir un ordre social en plein bouleversement, aidée en cela par un clergé assommé par la libre pensée naissante. Son acte est toujours et encore célébré par les pisses-froid et autres zélateurs du "tous pourri" (suivez mon regard), par ceux qui honnissent les idéologies et qui nivellent ainsi par le bas les aspirations de la multitude.

Il faudrait peut être plus d'un Marat pour enfin connaître des lendemains qui chantent...

...mais les Charlotte résistent !

 

*On sait peu que "l'ami du peuple" prévoyait déjà un système de retraite, une sécurité sociale, un salaire décent, des congés payés... tout ceci plus de 150 ans avant leur avènement.

 

Dessin de Denis - Texte de Léonce

Partager cet article

Repost 0
Published by LeCitoyenMarcel
commenter cet article

commentaires

snoring cures 06/05/2014 13:16

July 13, 1793, Marat: "Charlotte, the one who laughs when we " is a good discussion and sharing you have made here for the readers to learn culture and society. all i can say is that the conversation between the characters is very interesting.